Tout à fait sapin

Avec toute cette belle neige et ce rayon de soleil, j’ai vraiment envie d’aller brasser la neige et faire quelques photos de sapins dans leur tenue hivernale. En me baladant, raquettes aux pieds, je les vois bien les rois de la forêt mais tous ne sont pas les mêmes, il y a plusieurs rois dans ce royaume ! Je vous donne le mode d’emploi pour les reconnaître, c’est pas sorcier, du tout 🙂

D’abord il y a le mélèze, le conifère qui perd ses aiguilles en hiver, et qui n’est pas à proprement dit un sapin.

sapinsmeleze

Dans l’ordre, le sapin rouge, le sapin blanc et le mélèze

Les sapins, eux… gardent leurs aiguilles tout l’hiver. Dans la forêt où j’étais, j’en ai vu deux sortes:

le sapin rouge ou épicéa (picea abies), qui a:

des aiguilles vraiment piquantes, vertes foncées et brillantes,

des aiguilles tout autour de la branche

et des pives tombantes

le sapin blanc (abies alba), qui a:

des aiguilles qui ne piquent presque pas et sur le dessous, elles sont nettement plus claires,

des aiguilles disposées à plat sur la branche. (Attention, ne pas confondre avec l’if qui ressemble mais qui est toxique. Vous le reconnaitrez à ces petites baies rouges)

et des pives dressées comme des bougies. (Petit détail, une fois que les graines tombent au sol, il reste l’axe sur la branche).

Pour information, c’est pas surprenant que je n’ai pas croisé d’autre espèces: tous les autres sapins que l’on croise parfois ne sont pas indigènes. C’est aussi le cas de certains de nos sapins de Noël qui ne sont pas des essences locales.

Côté cuisine, j’aime bien faire des petites expériences, m’amuser un peu… J’ai lu que l’on pouvait faire un tas de petites choses: glaces, yogourts, … petits pains.

J’ai imaginé un yogourt glacé servi avec une compote de pommes aux aiguilles de sapin. 🙂

Il faut:

  • un grand yogourt
  • 1/4 l de crème
  • 2 cs de sucre
  • miel
  • noisettes ou pistaches – et oui,  elles ont manqué le rendez-vous photo 😉
  • 3 pommes
  • 1 cs d’aiguilles de sapin (blanc ou rouge)

dscn0450

 

Préparation:

J’ai mélangé le yogourt, la crème et le sucre avec un fouet jusqu’à ce que le mélange soit lisse.

Si vous avez une sorbetière, c’est extra. Moi, j’ai mis le mélange dans de petites verrines que je suis allée brasser quelques fois (durant 1 heure, durée de  la congélation).

J’ai cuit la compote de pommes parfumée avec des aiguilles de sapin coupées toutes petites, à l’aide des ciseaux.

J’ai servi les verrines glacées et sucrées avec du bon miel. Je sais pas vous, mais, moi, j’ai vraiment besoin de douceur pour affronter la bise glaciale…  J’ai ajouté quelques noisettes ou pistaches pilées pour donner un côté croquant sous la dent.

Et pour finir, j’ai accompagné ma verrine avec la compote de pommes chaude.

verrines

Bon, je  vous dis pas le regard sceptique des dégustateurs aux premiers abords mais au final, conquis par cette fantaisie culinaire…

A vous d’essayer quelques gourmandises culinaires toutes forestières 🙂 Ça vaut bien une ballade dans la neige, non? 🙂

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s